« L’absentéisme caractérise toute absence imprévisible. Il s’agit des absences qui auraient pu être évitées par une prévention suffisamment précoce des facteurs de dégradations des conditions de travail, entendus au sens large : les ambiances physiques mais aussi l’organisation du travail, la qualité de la relation d’emploi, la conciliation des temps professionnel et privé, etc. »

Les causes de l’absentéisme

Il est important de comprendre ses causes de l’absentéisme pour mieux le maîtriser. Toutes les absences ne sont pas à prendre en compte dans l’absentéisme. Celles prévu par la société et faisant parties de son fonctionnement normal, sont à proscrire. Par exemples les absences telles que les formations, les activités syndicales, les absences maternité ou paternité, les congés payés, ne peuvent pas être considérées comme de l’absentéisme.  

C’est une problématique assez complexe pour les entreprises, qui nécessite une analyse précise, ne serait-ce que pour les motifs d’absences multiples et variés. 

Il existe différentes causes d’absentéisme. En voici quelques exemples les plus fréquents que l’on retrouve en entreprise :

  • Maladie professionnelles (les TMS Troubles musculo-squelettique)
  • Environnement personnel (enfants malades, deuil, etc.)
  • Environnement professionnel (accident de travail ou de trajet, stress, etc.) 
  • Environnement externe (grève, intempéries, etc.)
  • Santé (épidémies ou maladies ordinaires telle que la grippe, la covid, etc.)

En d’autres termes, l’absentéisme peut témoigner d’un climat social instable, avec un faible sentiment d’appartenance à la structure et des collaborateurs très peu motivés. Avoir un fort taux d’absentéisme dans son organisation doit alerter et des mesures doivent être prises au plus vite afin de réduire ces chiffres et diminuer ainsi les risques.

Conséquences de l’absentéisme

L’absentéisme au travail peut affaiblir les performances de l’entreprise, sa productivité, sa rentabilité et engendrer diverses problématiques telles que des retards, un manque de qualité, un mauvais service aux clients, dégradant ainsi l’image de marque de la structure, ce qui peut représenter un coût financier pour l’entreprise etc.

La mise en place de solution de remplacement (ex : formation, recours aux intérimaires, etc.) va également impacter financièrement la structure. 

De plus, dans le cas où il n’est pas possible de remplacer le salarié rapidement, l’entreprise sera forcée de réorganiser les collectifs de travail pour pallier les absences et redistribuer la charge de travail. 

Cette décision pourtant nécessaire au bon fonctionnement de la structure, n’est pas toujours appréciée des collaborateurs car souvent prise à la dernière minute. 

Cette dernière peut être une source de démotivation des autres salariés, car elle entraîne une désorganisation interne et une surcharge de travail, voire des heures supplémentaires.

C’est pour cela qu’il est nécessaire de mettre en place des actions permettant de diminuer ou prévenir l’absentéisme. 

Quelques pistes pour diminuer ou prévenir l’absentéisme

Il est tout d’abord conseillé d’établir un diagnostic précis et objectif des causes de l’absentéisme dans l’entreprise, en essayant de favoriser la participation des salariés. Une fois ce diagnostic établi, différentes solutions sont envisageables. 

Celles-ci sont généralement basées sur l’importance de sensibiliser les salariés à ce problème, de débanaliser et déculpabiliser l’absence. L’absentéisme engendre des problèmes de productivité et de performance, mais il s’agit aussi d’un indicateur de bien-être des salariés au travail.

Il est donc important de prendre en compte certains éléments :

  • Des conditions de travail optimales
  • La communication
  • Le bien-être au travail
  • L’anticipation
  • le dialogue avec les professionnels compétents
  • La prévention
  • La reconnaissance
  • La motivation
  • L’écoute

Tous ces éléments contribuent à assurer une bonne qualité de vie au travail, à limiter l’absentéisme des salariés et à maintenir l’équilibre de votre organisation. 

Car, nous ne le dirons jamais assez que l’environnement de travail va avoir une influence sur la motivation des collaborateurs.

Le petit plus

La formalisation des pratiques à travers des procédures et des processus permettent à l’entreprise de gagner en temps quant à la formation interne.

En effet, lorsqu’un salarié arrive sur un nouveau poste de travail, la prise en main de ce dernier se verra faciliter grâce aux écrits précis à sa disposition, en diminuant ainsi la marge d’erreur et les allers-retours d’informations.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur email
Email
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Envie d'aller plus loin ?

N'hésitez pas à prendre contact avec nous
ou à nous suivre sur les réseaux sociaux !

Le saviez-vous ?

Un renseignement ?

Newsletter

Inscrivez-vous à notre infolettre pour recevoir chaque mois dans votre messagerie les dernières infos RH Plus !