Établir un plan de développement des compétences

L’employeur à l’obligation de maintenir l’employabilité des salariés.
Depuis le 1er Janvier 2019, le plan de formation a laissé place au plan de développement des compétences.

Sur le même principe, il regroupera les actions de formations prévues sur l’année mais pourra y être inclus les bilans de compétences et les VAE.

Définir les besoins

Pour répondre à cette première étape, vous devez répondre à deux questions : Quels sont les besoins des salariés ? et quels sont les besoins de l’entreprise ?

En effet, le plan devrait également répondre à la stratégie définit par l’entreprise. Par exemple l’organisation prévoit la commercialisation d’un nouveau produit, le développement d’un nouveau marché, le recrutement d’une nouvelle personne … vous pouvez prévoir le parcours d’intégration, des formations de montée en compétence dans le domaine du commerce et de la négociation …. Pour répondre à la question des besoins des salariés, vous pouvez vous appuyer sur les entretiens d’évaluation annuels ou les entretiens professionnels

Définir les budgets et les dates de session

Passage obligatoire pour construire un plan efficace. Pour cela, il vous faudra étudier les offres de formations chiffrées, faire jouer la concurrence, négocier les coûts et définir les financements et co-financements les plus appropriés.

En choisissant les dates de départ en formation, vous tenez compte des impératifs de l’entreprise : les pics d’activités, les projets en cours, les absences prévues, les délais de compétences acquises …

Vous déciderez également les formations qui seront prises sur le temps de travail et hors temps de travail, à l’exception des formations obligatoires qui doivent impérativement être faites sur le temps de travail.

Piloter la formation et gagner l’adhésion des salariés

N’hésitez pas à communiquer auprès de vos salariés les axes de la stratégie globale de l’entreprise afin de provoquer l’adhésion de vos équipes mais également les informer sur l’utilisation du CPF et ainsi faciliter leurs accès à la formation. Il est également importantd’impliquer les managers dans cette démarche, qui sont chargés de gérer les absences et sont garants de la mise en pratique des compétences acquises.

Le petit plus

  • Dans les entreprises d’au moins 50 salariés, le CSE doit être consulté
  • La formation professionnelle, n’est pas qu’une obligation, c’est aussi un levier de motivation des salariés et de performance d’entreprise.
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur email
Email
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Envie d'aller plus loin ?

N'hésitez pas à prendre contact avec nous
ou à nous suivre sur les réseaux sociaux !

Le saviez-vous ?

Un renseignement ?

Newsletter

Inscrivez-vous à notre infolettre pour recevoir chaque mois dans votre messagerie les dernières infos RH Plus !

tristique non adipiscing odio commodo consectetur sed risus. Donec